Découverte de la splendide Ajmer

Souvent boudée des touristes au profit de Pushkar, Ajmer est une ville qui mérite un crochet d’une journée ou, tout du moins, de quelques heures. Moins fréquentée, la découverte y est plus agréable, le cœur où se trouve la Dargah est certes animé mais aucun vendeur ou guide ne vous agresse. Ajmer est un lieu saint pour les Musulmans mais aussi pour les Hindous.

Je vous propose donc une petite visite des lieux plus emblématiques de cette ville.

Sharif-dargah-ajmer-porte-entree-inde

La Sharif Dargah.

NB que par respect pour les fidèles et les lieux, je ne photographie jamais l’intérieur d’une mosquée, d’un temple ou d’un monastère. Même si les appareils photos sont interdits, beaucoup utilisent leur portable pour « immortaliser » ce moment. Chacun voit midi à sa porte !

Il est dit qu’une personne qui prie avec un coeur pur dans la Dargah, verra tous ses vœux réalisés. La Dargah est un sanctuaire soufi dédié au saint Perse Khwaja Moinuddin Chishti. Beaucoup de musulmans croient que Moinuddin Chisti était le descendant direct de Muhammad et c’est à sa demande qu’il est allé en Inde. Il atteignit Ajmer en 1192 via Lahore et y resta jusqu’à sa mort en 1236 après JC. Son tombeau a été construit par l’empereur moghol Humayun.

C’est l’un des lieux de culte les plus sacrés de l’Inde, non seulement pour les musulmans, mais aussi pour les Hindous qui tiennent le saint en haute estime et vénération. L’endroit est une merveille architecturale, vous n’avez pas besoin d’être religieux pour visiter cette Dargah. Le calme et la sérénité de cet endroit est quelque chose que vous n’obtiendrez nulle part ailleurs. Vous trouverez aux abords et dans la cour des étals vendant des roses que les fidèles (et pourquoi pas vous !)offrent au Khwaja.

Pour pénétrer dans la Dargah, vous devez franchir une série de massives portes en argent aux très belles sculptures. En arrivant dans la cour, vous trouverez, sur votre droite, la tombe su Saint, sculptée dans le marbre.

Il y a plusieurs mosquées à l’intérieur du complexe, construites par les Empereurs Akbar et Shah Jahan, qui se sont fait un devoir de visiter Ajmer au moins une fois par an.

Je vous conseille de vous assoir, juste à l’extérieur de la tombe, et d’écouter le fascinant Quwwali, il y a quelque chose à propos de cette musique soufie qui reste en vous, je ne sais pas si c’est l’endroit ou les sublimes voix des chanteurs, toujours est-il que vous restez là silencieux, contemplatif et elle vous donne la chair de poule…

Un exemple de musique soufie utilisée dans le film de Bollywood « Jodhaa Akbar »

 

 

 

A l’entrée, vous trouverez deux énormes degh (marmites) qui sont utilisés pour la cuisson du Niaz – un mélange de riz, de safran, de noix, de ghee, de sucre et de fruits secs. La nourriture est cuite et distribuée aux fidèles sous forme de Tabarruk (bénédiction) après les prières. Bien que je ne sois pas religieuse, j’ai visité cette Dargah maintes et maintes fois, je peux vous assurer qu’il faut un sacré (c’est le moment de le dire !) timing pour avoir la chance d’avoir le Tabarruk. Voila comment ca se passe : on m’a remis un sac plastique dès que j’ai franchi la porte principale, on m’a dit de revenir 20 minutes plus tard. Le fait est, des hommes étaient en train de préparer le Niaz en le tournant avec des énormes cuillères en bois. A l’échéance des 20 minutes, je me suis postée dans la queue des « élus », ai monté quelques marches et ouvert mon sac pour recevoir le « sésame ». Je ne vous cache pas, qu’avec le recul, je ne suis pas peu fière ! Alors que je retournais écouter la musique avec mon sac plastique, un bon nombre de fidèles m’ont gratifiée de « lucky girl », de « very good».

Quinze minutes avant la prière du soir, dans le cadre du rituel quotidien, des bougies sont placées à l’intérieur des lampes et des versets persans accompagnés de tambours rythmés. Après le récital des versets, des lampes sont placées aux quatre coins de la tombe et allumées. Ce rituel est connu sous le nom de Roshnee (la cérémonie des lumières).

Dans la rue qui mène à la Dargah

 

 

 

 

Le Sonji ki Nasiyan Temple

porte-entree-du-temple-de-Sonji- ki- Nasiyan-ajmer-inde

Le Sonji ki Nasiyan est un temple jain que vous trouver un peu en dehors des murs de la ville. Il est dédié à Lord Rishabhdev, le premier Jain Tirthankara. Construit par Seth Moolchand Soni en 1865 CE, le temple appartient à la secte Digamber du jaïnisme. Le nom du temple est Siddhkoot Chaityalaya et est également connu comme le «Temple Rouge». Après le Swarna Nagari a été ajouté au temple en 1895, il a commencé à être appelé Sone ka Mandir en soulignant la structure dorée.

Le temple a été construit en pierre rouge provenant de Karauli, en suivant le style typique de l’architecture des temples du sud de l’Inde. La passerelle gigantesque, également appelée Gopuram, est un bel exemple de sa riche technique architecturale. Le temple est une structure à deux étages et est divisé en deux parties. Une partie du temple est la zone de culte comprenant l’idole de Lord Adinath ou Rishabhdev, tandis que l’autre forme un musée et comprend une salle. L’intérieur du musée représente les cinq étapes (Panch Kalyanak) dans la vie de Lord Adinath.

le-temple-de-Sonji- ki- Nasiyan-ajmer-inde

Le premier étage du temple populairement appelé la salle Swarna Nagari qui abrite l’une des créations architecturales les plus étonnantes de l’Univers dans la version du jaïnisme qui constitue également des répliques de plaques d’or de tous les temples jaïns du pays. Environ une tonne d’or ont été utilisée pour la construction de la merveille représentant le panorama de la mythologie Jain, et des anciennes villes d’Ayodhya et de Prayag. Festonné de pierres précieuses, d’or et d’argent, l’endroit est également appelé Soni Ji Ki Nasiyan. Malgré tout le respect que je dois accorder à ce lieu, j’ai vraiment eu l’impression de rentrer dans la maison des poupées d’Euro Disney.

Soni Ji Ki Nasiyan

 

Le lac Ana Sagar & les jardins de Durga Bagh

L’Ana Sagar Lake est un  lac artificiel construit par Anaji Chauhan (grand-père de Prithviraj Chauhan) entre 1135-1150. Il s’étend sur 13 km, et dévoile la pittoresque la beauté d’Ajmer. Fait intéressant, il se dessèche au cours des mois d’été, mais agit comme une source de subsistance pour tous les habitants de cette ville. Sur sa rive vous trouverez  le Durga Bagh, contenant une série de pavillons de marbre érigés en 1637 par Shah Jahan.

 

 

 

 

Le Fort de Taragarh  & la Miranji Dargah

Miranji-dargah-au-fort-de-taragarh-ajmer-inde

Deux façons d’y accéder, pour les fainéants, par la route autrement à pied. Je vous avertie, ça monte sévère mais vous aurez une vue imprenable sur Ajmer.

Sur le point le plus haut du fort de Taragarh se trouve le Dargah de Hazrat Miran Syed Husian Asghar Khangswar qui fut le gouverneur d’Ajmer après sa conquête par le sultan Shahabuddin Ghori. A la mort de Qutubuddin Aibak en 1210, les Rajputs Rathor et Chauhan se joignirent pour attaquer de nuit le fort de Taragarh, alors que la plupart des hommes de Miran Saheb étaient en train de collecter des impôts dans le district, et que le nombre de ses garnisons était donc numériquement très faible.

Selon Akhbar-ul-Akhyar, le premier fort construit sur une colline en Inde fût la forteresse de Taragarh à Ajmer. Sa défense et sa force uniques résident dans sa robustesse imprenable et lde la montagne sur laquelle elle est construite. Cet ancien fort a connu de nombreuses batailles historiques et maintes sièges a et a changé de mains avec les conquérants Rajputs, Musulmans, Marathis et Britanniques au cours de sa longue et mouvementée  histoire.

 

 

 

 

En flânant dans les rues d’Ajmer

 

 

 

 

Bonne visite à tous!

Publicités

Le Jagdish Temple & les rues d’Udaipur

Suite et fin de notre court voyage à Udaipur.

temple-jagdish-udaipur-inde-pretre

Le temple Jagdish est l’un des célèbres temples d’Udaipur. Situé dans le complexe City Palace d’Udaipur, ce temple est construit dans le style architectural indo-aryen. En 1651, le temple Jagdish a été construit par le Maharana Jagat Singh, qui a gouverné sur Udaipur de 1628 à 1653. Le temple est dédié au Seigneur Vishnu (Laxmi Narayan), le conservateur de l’Univers. La porte de ce temple est située à 150 mètres du Bara Pol du City Palace.

temple-jagdish-udaipur-inde-details-1

Ce temple à trois étages est une merveille d’architecture qui comprend des piliers magnifiquement sculptés, des plafonds décorés, des murs peints et des salles. La flèche du temple principal est d’environ 24 mètres de haut et domine Udaipur. Ce shikhar (flèche) est décoré de sculptures représentant danseurs, éléphants, cavaliers et musiciens.

temple-jagdish-udaipur-inde-details-14

Au fur et à mesure que vous approcherez du temple, vous serez accueillis par deux énormes éléphants de pierre à l’entrée. Sur le front même du temple, vous trouverez une plaque de pierre portant les inscriptions en référence au Maharaja Jagat Singh. Pour atteindre le sanctuaire principal, vous devez prendre un escalier en marbre de 32 marches. Ici, vous trouverez une representation en laiton de Garuda, une figure demi-homme et demi-aigle. Cette énorme idole se dresse comme le gardien du temple.

Le sanctuaire principal abrite une statue de Vishnou. Elle est sculptée dans un seul morceau de pierre noire. Le temple de Lord Jagdish / Vishnu est situé au centre entouré de quatre sanctuaires plus petits. Ces sanctuaires sont dédiés respectivement au Dieu Ganesha, au Dieu Soleil, à la Déesse Shakti et au Dieu Shiva.

Le premier et le deuxième étage du temple possèdent chacun 50 piliers. Les sculptures sur les piliers sont d’une la beauté remarquable. Ce temple a été construit suivant l’architecture hindoue du ‘Vastushstra’.

temple-jagdish-udaipur-inde-details-3

Chaque année, des milliers de pèlerins visitent ce temple où la sérénité, l’ambiance ainsi que la magnificence architecturale du temple ne peuvent difficilement être exprimées par des mots. Il ne vous reste plus qu’a visiter ce lieu saint quand vous serez à Udaipur.

 

Apres les incontournables que son le City Palace et le lac Pichola, perdez vous dans les rues et ruelles de cette ville. Vous y trouverez de magnifiques havelis.

 

Au fil de l’eau, weekend à Udaipur

vue-sur-udaipur-du-lac-inde-10

Suite de notre court voyage à Udaipur. Quand on parle de cette ville on pense, bien évidemment, à son palais mais aussi à ses lacs. C’est pour cette raison qu’elle est surnommée  « la ville des lacs » ou «  la Venise de l’Est ».

vue-sur-udaipur-du-lac-inde-1

Le plus connu est le lac Pichola qui est un lac artificiel d’eau douce et le plus pittoresque d’Udaipur. Il a deux îles : Jag Niwas Island où se trouve l’hôtel Taj Lake Palace rendu célèbre par le film de James Bond « Octopussy » en 1983. Il n’est plus possible d’y aller si vous n’y êtes pas clients.

vue-sur-udaipur-du-lac-inde-2

La deuxième île est  Jag Mandir Island où la famille royale organisait des fêtes. C’est maintenant un hôtel de luxe souvent utilisé par les familles aisées pour de fastueux mariages. Elle se visite et est une étape incontournable.

Le lac Fateh Sagar est également connu comme la fierté de la ville et  est l’un des lacs les plus importants et reconnaissable à ses eaux bleues. Le lac est situé au nord du lac Pichola et a trois petites îles.

Le Dhebar Lake est également connu comme le lac Jaisamand est le deuxième plus grand lac artificiel en Asie. Il y a trois îles sur le lac de Jaisamand :Baba ka Magra , la plus petite île Piari et le Jaisamand Wildlife Sanctuary, un parc naturel avec une riche faune panthère, sanglier, cerf, antilope à quatre cornes, mangouste et diverses espèces d’oiseaux migrateurs.

Le lac Udai Sagar est situé à 11 kilomètres à l’est de la ville et doit sa création au Maharana Udai Singh. Anciennement construit pour fournir une quantité d’eau suffisante à la ville, il est maintenant sous la tutelle du « National Lake Conservation Program » à des fins de restauration.

La rivière Gomti est le principal fournisseur d’eau du lac Rajsamand , situé à 66 kilomètres de la ville. Ce lac se vante également d’un barrage qui a été construit au 17ème siècle. À l’extrémité sud du lac, l’immense remblai est en marbre blanc. Il a des terrasses en marbre et des marches en pierre qui touchent les eaux du lac. Ici, on peut également voir les cinq toranas (arches de pesage), où le Maharana Raj Singh et ses descendants organisaient le Tuladan (les rois se pesaient en or et le distribuaient ensuite parmi les brahmanes).

Le « boat ride » sur le lac Pichola est immanquable surtout pour admirer les magnifiques bâtiments qui le longent et pour observer la vie des locaux sur les ghats.

Weekend à Udaipur, la “Venise de l’Inde”

Aujourd’hui, nous vous emmenons à Udaipur, cette charmante ville nichée aux pieds des Monts Aravallis et célèbre pour ces lacs. Cette ville est pleine de joyaux, donc, dans cette première partie, nous nous dédierons  exclusivement au City Palace.

city-palace-udaipur-entree

Un peu d’histoire :

Bâti sur la rive est du lac Pichola, le City Palace d’Udaipur a été construit il y a 400 ans. Il est considéré comme le plus grand complexe royal dans l’état du Rajasthan. Le palais fut construit à l’époque de la fondation de la ville d’Udaipur par Maharana Uday Singh et ses successeurs en 1559. Les Maharanas vivaient dans le palais et y administraient leur royaume.

city-palace-udaipur-inde-exterieur-1

Des légendes racontent que l’année précédente, lorsque le Maharana Uday Singh était sur un sentier de chasse sur les collines d’Udaipur, il rencontra un ermite qui méditait sur le sommet de la colline. Il conseilla au Maharana de construire un palais à l’endroit même où il méditait. Ainsi, le complexe du palais a été construit ici sur le sommet de la colline offrant une magnifique vue sur la ville.

Le City Palace est un chef-d’œuvre d’architecture. Le complexe du palais a de nombreuses portes, des palais, des salles et un musée à l’intérieur. Le palais est une fusion de styles architecturaux Rajasthani, Moghal, médiéval, Européen et Chinois. Le palais est entièrement construit en marbre et en granit. Auparavant, le palais était la propriété de la famille royale de Mewar et la première structure qui a été construite à l’intérieur du complexe du palais était la grande cour Rai Angan.

city-palace-udaipur-inde-vue-sur-la-ville-3

Depuis les terrasses supérieures du palais, vous aurez une vue imprenable sur la ville et sur le lac. Les intérieurs sont un enchevêtrement de balcons, de tours et de coupoles qui prouvent l’incroyable savoir-faire des artisans d’antan : miroir et marbre, peintures murales, travail de l’argent et de verres colorés. Bon, soit, c’est très bling bling !!!

Que verrez-vous ? :

Amar Vilas est le segment le plus haut du palais construit dans les styles moghols. C’est un pavillon de plaisance qui a des jardins suspendus avec des fontaines, des tours et des terrasses.

Le Grand Palais ou Badi Mahal. Le jardin a une piscine qui était utilisée pour les célébrations de la fete de Holi par la famille royale. En outre, il y a une salle qui abrite des peintures du 18ème et 19ème siècle.

Le Bhim Vilas constitue une galerie qui a une collection étonnante de peintures dépeignant des scènes de la vie du Dieu Krishna et de sa dulcinée Radha.

Le Chini Chitrashala est construits avec des carreaux aux motifs chinois et hollandais.

Le Durbar hall est l’une des sections majeures du palais qui se trouve dans le Palais Fateh Prakash (aujourd’hui un hôtel classé au patrimoine). La première pierre de la salle fut posée par Lord Minto, vice-roi de l’Inde en 1909. C’était l’endroit où se tenaient toutes les réunions importantes. À l’intérieur du hall il y a une impressionnante galerie, d’où les femmes pouvaient suivre les réunions, avec des lustres uniques et des armes des Maharanas.

Aujourd’hui transformé en un hôtel de luxe, le Palais Fateh Prakash se compose d’une galerie d’art en cristal qui présente des chaises en cristal, des tables, des canapés et des lits, des fontaines de table et de la vaisselle qui valent le détour. Tous les articles en cristal ont été commandés par Maharaja Sajjan Singh, mais ils sont restés enfermés pendant environ 110 ans, car il est mort avant leur arrivée.

Le Jagdish Mandir est un sanctuaire dédié à Jagannath, un avatar du Dieu Vishnu. Je ne vous  en dis pas plus car je développerai dans un autre article.

Le Krishna Vilas est une mine de peintures remarquables qui représentent les jeux, les célébrations et festivités de la famille royale.

Le Laxmi Vilas Chowk est une galerie d’art où vous pourrez voir des peintures Mewar.

Le Rang Bhawan était l’endroit où les objets de valeur royaux étaient conservés

Le Sheesh Mahal est un palais des miroirs construit en 1716.

Le musée est une partie du complexe du palais qui expose un singe tenant une lampe ou le Maharana exhibant ses moustaches et de nombreux autres objets et artefacts, y compris des photographies, des peintures, des sculptures en argent et ainsi de suite.

Le City Palace de l’Extérieur :

 

Le City Palace de l’intérieur :

 

 La vue sur la ville  du City Palace:

 

Nous vous souhaitons une bonne visite !

Ballade à Lodhi Colony .

Si vous aimez le Street Art, cet endroit de Delhi est fait pour vous!

La fondation St + Art India, une organisation à but non lucratif qui travaille sur des projets artistiques dans des espaces publics afin de rendre l’art accessible à un public plus large, accueille l’incroyable St + Art Festival à Delhi. Le festival de deux mois a réuni plus de 25 artistes de rue de l’Inde et du monde entier pour égayer la ville avec des interventions artistiques comme des peintures murales,. Et grâce à leur travail acharné, ces artistes ont réussi à transformer le quartier Lodhi Colony de Delhi comme premier quartier de Street Art en Inde. Cette galerie d’art à ciel ouvert  est située entre  Khan Market et le marché de Meherchand.  Je vous emmène dans une visite virtuelle  à travers mon objectif. J’espère que vous aimerez!

DSC_1905

DSC_1911

DSC_1913

DSC_1915

DSC_1916

DSC_1919

DSC_1921

DSC_1929

DSC_1926

DSC_1933

 

DSC_1937

DSC_1940

DSC_1941

DSC_1942

DSC_1936DSC_1935

Rencontre avec les Tibétains de McLeodganj

Quand on parle de Dharamsala, on pense généralement  à McLeodganj,  cette bourgade nichée au cœur de majestueuses collines et de verdure luxuriante et culturellement bénie par une influence tibétaine importante vu qu’elle accueille le Gouvernement Tibétain en exile et, bien sur, Sa Sainteté le Dalaï Lama. Mcleodganj possède l’un des paysages les plus somptueux  de tout l’état de l’Himachal Pradesh.

Quand on vit dans le chaos et le bruit de Delhi, McLeodganj  est un oasis de paix. On y accède soit par avion soit par des bus de nuit qui partent de Majnu Ka Tilla, le camp de refugiés Tibétains de Delhi. Entendons-nous bien, ce n’est pas Goa, ici, il n’y a pas de fêtes, de musique assourdissante, on y vient pour trouver un peu de calme et pour certains l’envie de méditer. McLeodganj a un centre de culture Tibétaine connu dans le monde entier, le Tushita Center. Il fera l’objet d’un autre article.

 

Tsuglakhang-Temple-residence-dalai-lama-entree-du-complex

La première chose que l’on visite quand on arrive, c’est le Tsuglagkhang Complex, lieu de résidence du Dalaï Lama quand il est en ville. Avec, le vain espoir de rencontrer Sa Sainteté !!!

 

 

McLeodganj offre un éventail d’hébergements vaste, des guesthouses économiques à des petites merveilles telles que le Chonor House, un hôtel en pur style architectural Tibétain. Mais il y a aussi la possibilité de résider dans des monastères, le « mien » est le Tsechokling Monastery. C’est un petit monastère en contre bas auquel on accède par une longue, longue série de marches. En descente tout va bien mais en montée, cela équivaut à une heure de jambes/fessiers au club de fitness !!!!! Les chambres sont simples mais très propres, possibilité de petit-déjeuner et repas du soir (tres tôt, à 18.00 !)J’aime ce monastère car le Lama et les moines sont particulièrement accueillants et disponibles. Je ne suis pas bouddhiste mais je n’ai jamais refusé l’invitation d’assister aux prières. C’est un moment incroyable qui vous met la chair de poule. Partager le chai avec eux durant leurs prières me submerge toujours d’émotion et souvent me révolte : Q’ont-ils donc fait pour être loin de leur terre ?

 

 

mcleodganj-drapeau-tibetain-avec-mentionne-interdit-au-tibet

Je ne cache pas que j’ai une admiration sans borne pour les Tibetains et dès que j’en ai la possibilité, j’aime échanger avec eux. Bien sur, il y a la barrière de la langue, ils ne sont pas tous très à l’aise avec l’anglais ou l’hindi mais on y arrive ! Comment font-ils, malgré la situation, à « prêcher » la compassion, l’amour de son prochain ? Je leur souhaite de tout cœur qu’un jour, ils pourront rentrer chez eux.

Une promenade dans les rues de la ville.

 

 

Si vous êtes en Inde, prenez le temps de monter jusqu’à  McLeodganj, vous serez envouté  par son charme et tournez les moulins à prière en récitant « On Mani Padmi Hum » !

Le tombeau de Humayun

Si vous manquez de temps à Delhi et  ne pouvez visiter qu’un seul site: C’EST LUI!

longue-allee-qui-mene-au-tombeau-Humayun-delhi-inde.JPG

Je le visite encore et encore ne m’en lasse pas… il est d’une beauté à couper le souffle, le calme qui y règne vaut de l’or dans une ville comme Delhi. Je l’ai photographié « sous toutes les coutures » et à tous moments de la journée. Le lever ou le coucher du soleil y est juste magique.

Un peu d’histoire :

premiere-porte-tombeau-humayun-delhi

Le magnifique mausolée construit en mémoire de l’empereur Humayun, le deuxième souverain moghol à monter sur le trône, est un magnifique témoignage du style d’architecture et des mausolées moghols en Inde. Ce style est un mélange d’influences architecturales persanes, turques et indiennes. Ce style a été introduit pendant le règne d’Akbar le Grand et a atteint son apogée sous le règne de Shah Jahan avec le Taj Mahal.

premiere-vue-tombeau-humayun-delhi

Le tombeau a été commandé par Bega Begum, épouse persane de Humayun en 1565, neuf ans après la mort de l’empereur. Il a été achevé en 1572 sous le patronage de l’empereur moghol Akbar, le troisième souverain  et le fils de Humayun. La tombe de Humayun ou Makbara-e -Humayun est l’un des monuments moghols les mieux conservés et a été déclaré site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993.

Le complexe funéraire de Humayun comprend plusieurs bâtiments, des tombes et des mosquées. Les principaux bâtiments sont: Nila Guband, Arab Sarai et Bu Halima. Les tombeaux de la royauté moghole et de la noblesse comme Bega Begum, Hamida Banu Begum, Isa Khan et Dara Shikoh sont présents dans le bâtiment principal du mausolée et tout le complexe serait parsemé de plus de 150 tombes qui lui a valu le nom de « dortoir des Moghols ».

tombeau-humayun-panorama-delhi.JPG

Les tombes et les bâtiments sont centrés autour du sanctuaire du Saint Sufi Hazrat Nizamuddin Auliya du 14ème siècle, situé juste à l’extérieur du complexe. Les Moghols considéraient que c’était un site propice à être enterré près de la tombe d’un saint, et ainsi des générations de la royauté moghole ont choisi d’y être mis en terre.

Pour plus d’informations sur ce sublime mausolée, voici le lien de l’UNESCO :

https://whc.unesco.org/en/list/232

 

Voici quelques photos prises au cours des années.

La tombe Isa Khan 

Isa-khan-panneau

tombe-Isa-khan-tombeau-humayun-delhi

tombe-isa-khan-details-tombeau-humayun-delhi

tombe-isa-khan-plafond-tombeau-humayun-delhi

La tombe & mosquée d’Afsarwala

Asfarwala-panneau

tombe-Asfarwala-delhi

mosquee-Asfarwala--delhi

La Tombe du Barbier

barber-panneau-delhi

barber-tomb-delhi

Les jardins

jardin-cote-droit-tombeau-humayun-delhi

remparts-tombeau-humayun-delhi.JPG

tombeau-humayun-angle-delhi

tombeau-humayunjardin-delhi

Le tombeau de Humayun

vue-de-escalier-tombeau-humayun-delhi

le-tombeau-humayun-delhi

arriere-tombeau-humayun-delhi

details-plafond-tombeau-humayun-delhi

details-tombeau-humayun-delhi

premier-plafond-tombeau-humayun-delhi

Un invité surprise !

queue-ecureuil-tombeau-humayun-delhi.JPG

Et le coucher de soleil sur cette merveille

coucher-de-soleil-sur-tombeau-humayun-delhi.JPG

J’espère que la visite de ce mausolée vous procurera la même joie que moi et que vous tomberez sous son charme. Bonne visite !