Le guide de la cuisine tibétaine

La cuisine tibétaine est surprenante. Poumon de porc, boudin de yak, rat rôti ou poule au pot, on vous explique tout.

En tant que voyageur, vous savez qu’il n’y a pas de meilleur moyen de bien connaître le pays que vous visitez que par sa cuisine. Bien sûr, ce n’est pas seulement la nourriture elle-même qui vous relie, mais son partage. Si vous avez la chance d’être invité dans la maison d’un Tibétain, sachez que partager un repas avec vous est sa façon de vous souhaiter la bienvenue.

Vous vous demandez sûrement en quoi consiste la cuisine tibétaine? Pas de panique, nous sommes là pour vous guider dans votre découverte culinaire. Avant de vous décrire les plats que vous devez essayer, prenons d’abord un moment pour explorer le contexte historique de ces aliments traditionnels.

Le petit déjeuner typique de la cuisine tibétaine
Un petit déjeuner typique au Tibet

A l’origine

Quel que soit le sujet, que ce soit la nourriture, une autre personne ou une œuvre d’art, nous sommes toujours plus réceptifs et plus reconnaissants lorsque nous comprenons d’où ils viennent. En ce qui concerne la cuisine tibétaine, il faut d’abord réaliser qu’elle est en partie inspirée de la cuisine indienne et népalaise, et que ses plats tout à fait uniques sont préparés avec des ingrédients que les habitants sont en mesure de trouver sur leur territoire. Cela signifie que, contrairement au monde occidental où vous pouvez choisir de manger chinois aujourd’hui et grec demain, lorsque vous êtes au Tibet, chaque repas que vous consommez est un reflet de la région dans laquelle vous êtes entré.

Ingrédients de base

Avant de discerner les plats uniques et spécifiques aux régions que vous pourrez visiter lors de votre voyage au Tibet, arrêtons nous d’abord sur les ingrédients dominants de la cuisine tibétaine. On commence avec les carnivores : vous devez essayer la chèvre, le mouton ou le yak, c’est l’équivalent de la rotation occidentale du poulet, du bœuf et du porc. Faites-nous confiance, vous allez adorer !

Les champignons au lait, incontournable délicatesse de la cuisine tibétaine
Champignons au lait

Pas amateur de viande ? Qu’en est-il des produits laitiers ? Si vous en êtes fan, vous allez être comblés car ils sont excellents. Les Tibétains les adorent : leur thé au beurre de yak est une boisson célèbre consommée depuis des siècles. Il est empli de nutriment et c’est une très grande source d’énergie, parfait pour les randonneurs qui gravissent les sommets des montagnes et qui nécessitent beaucoup de force.

Pas fan de produits laitiers non plus? Pas de soucis, si vous êtes végétarien, le Tibet propose également un large éventail de plats à base de nouilles, de soupes et de momos (des beignets dont la renommée a largement dépassé les frontières et que l’on retrouve notamment dans les rues de Delhi). Assurez-vous simplement, lors de vos commandes, que vous ne souhaitez pas que de la viande y soit ajoutée.

Les momos sont les ambassadeurs de la cuisine tibétaine à l'étranger
Les momos se sont répandus à travers toute l’Asie du sud

L’influence de l’Inde et du Népal se ressent notamment dans la présence et l’utilisation des épices et des herbes qui sont assez proches de leurs voisins. Cumin, ail, coriandre, piment rouges et graines de moutarde sont très utilisé dans la cuisine tibétaine.

Les saveurs et plats dominants, par région

Maintenant que vous maîtrisez les bases, voyons de plus prêt ce que chaque région a à nous offrir en particulier.

De par leur définition même, ces plats régionaux sont cuisinés avec des ingrédients locaux et frais. Tout au long de votre voyage culinaire, vous constaterez qu’il s’agit souvent de plats très simples et faits maison, non moins savoureux.

Ngari – Légumes de saison et poumon de porc

Ngari est un haut lieu de la cuisine tibétaine
On aurait bien aimé vous mettre la photo du plat de poumon de porc mais on vous laisse l’effet de surprise

C’est le spot idéal pour les veggie. Grâce aux terres fertiles de la région, vous pouvez trouver des plats à base de légumes plus facilement à Ngari. Pour nos amis carnivores, ici il faut impérativement essayer le délicat poumon de porc. Ok, sur le papier c’est intimidant, mais rassurez vous c’est vraiment très bon. En plus de ça, il y a très peu de chances que vous le retrouviez à la carte de votre bistrot favori alors autant vous lancer non?

Nagqu – Boeuf séché et vin d’orge

Le boeuf séché est la spécialité de la région de Nagqu
Le boeuf séché vous demandera patience et abnégation mais son goût est merveilleux

On trouve de la viande en abondance dans la région de Nagqu. La spécialité locale est le boeuf séché à l’air. On trouve également une boisson plutôt singulière dans la région : le vin élaboré avec de l’orge. C’est pour le moins déconcertant mais assez agréable pour accompagner vos repas. Encore une fois, à tester sous peine de regretter de l’avoir manqué plus tard!

Lhassa – Boudin de Yak ou nouilles aux haricots rouges

Le boudin de Yak, monument de la cuisine tibétaine
Si on vous avait dit que vous mangeriez un bon vieux boudin en Asie, vous y auriez cru?

Lhassa en un mot? Boudin. Là on n’est pas vraiment sur de la composition traditionnelle pur porc. Ici, le boudin est composé d’un mélange de yak et de sang de mouton qui lui donne un goût unique et vraiment étonnant. Si vous ne vous sentez pas de goûter ce monument de la cuisine tibétaine, vous pouvez toujours vous tourner vers les nouilles aux haricots, délicatesse de la région qui peuvent être accompagnées de la viande ou des légumes de votre choix.

Shigatse – Tsampa et fromages

La tsampa de Shigatse est un plat plus classique de la cuisine tibétaine
La tsampa de la région est à goûter

Fatigué de faire des expériences à chaque repas? Shigatse peut vous donner un sursis. Surtout connue dans la cuisine tibétaine pour sa tsampa (farine d’orge) et ses produits laitiers, la région propose une gamme de fromages assez large à explorer le temps de votre séjour.

Shannan – Nouilles aux petits pois

Les nouilles aux petits pois, un autre classique de la cuisine tibétaine, moins surprenant mais toujours délicieux
Ça semble plus classique, ça l’est. Pour autant, c’est succulent.

Le type de nourriture que vous trouverez à Shannan est assez similaire à ce que vous trouverez à Shigatse. Donc, en plus de ces plats, essayez les nouilles aux petits pois et au blé. Simple mais délicieux !

Nyingchi – Rats rôtis et poule au pot

La poule au pot entre cuisine tibétaine et française
Ce sera toujours plus joli à regarder qu’un rat rôti

Si vous voulez sortir des sentiers battus à Nyingchi, il faut goûter le rat rôti. Là, il nous faut vous avouer que nous n’avons jamais essayé (courageux pas téméraires). Nous avons opté pour la poule au pot accompagnée de son vin régional. C’est très franchouillard mais la France nous manque après tout et c’est toujours une bonne excuse pour éviter le rat.

Motuo – Chef lieu végétarien

Motuo est un autre chef lieu de la cuisine tibétaine pour les voyageurs végétariens. Comme on peut s’y attendre de la part d’un pays abritant plus de trois mille types de végétaux, on y trouve une vaste gamme de plats à base de plantes. Ils sont simples, mais tout à fait satisfaisants. Les légumes les plus populaires sont les tomates et les pommes de terre que l’on retrouves déclinés sous de nombreuses formes. Pour les carnivores, il y a toujours beaucoup de choix de plats à base de yak / mouton / bœuf.

Un aperçu de ce que les Tibétains mangent chaque jour

Avant de vous rendre au Tibet, il peut être utile de savoir à quoi vous attendre si vous vous attablez avec des locaux.

Le thé au beurre de yak accompagne chaque plat de la cuisine tibétaine
Le thé au beurre de yak est un incontournable de la cuisine tibétaine. Très fort, il vous surprendra surement à la première gorgée mais vous donnera des forces en quantité pour la journée.

Le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée. Au Tibet, on consomme traditionnellement du porridge à base de farine d’orge rôtie.

Pour le déjeuner, l’orge est toujours au rendez-vous, souvent sous la forme du balep un grand pain rond (plus épais que son équivalent indien) qui peut être préparé rapidement, et donc quotidiennement. Facilement découpé en quartiers, il est destiné à être partagé par toute la famille. Il est souvent consommé avec du bœuf ou d’autres viandes ou parfois des nouilles et / ou des légumes.

Quant au dîner, il est toujours léger afin de ne pas surcharger le corps. La soupe, pour cette raison, est un incontournable. Notre favorite est celle au poulet.

Prêt pour le grand saut ?

La cuisine Tibétaine est variée, certes, quelque fois « incongrue » mais que vous soyez végétarien ou non, vous trouverez toujours un met qui vous ravira, nous vous le garantissons !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s