Garden of Five Senses, jardin des amours interdits.

Le Garden of Five Senses est le jardin des amours interdits de la jeunesse indienne.

Publicités

Garden of Five Senses, jardin des amours interdits.

Un parc à droit d’entrée, rarissime à Delhi

  On peut trouver de nombreux parcs à Delhi, du simple square à de véritables forets ou réserves florales. Chacun présente un intérêt différent, si la grande majorité n’a rien de spécial, certains se démarquent dans le lot, pour des raisons parfois particulières. C’est le cas du «Garden of Five Senses » (le jardin des cinq sens). Si vous dites à un Indien que vous allez y passer l’après-midi, celui-ci ne pourra s’empêcher de sourire, vous souhaitant de passer un joyeux moment.

Le Garden of Five Senses est un des rares parcs de Delhi où l’entrée est payante, si elle n’est pas vraiment onéreuse, comptez 30 roupies, elle prend tout son sens lorsque l’on y rentre. Contrairement aux parcs publics à accès libre, ici l’entretien est de mise, les déchets ne traînent pas par terre, l’ensemble est propre et convenablement entretenu. Les architectes et paysagistes des lieux ont eu le bon gout de tenter de créer un parc unique en son genre. Certaines structures sont modernes, d’autres orientées vers l’écologie, les différents espaces se succèdent et l’on peut se balader aussi bien dans une forêt de cactus que dans les rochers composants la colline qui surplombe le parc de laquelle on peut apercevoir les bassins fleuris. Le parc en soi est donc un lieu agréable et véritablement bien entretenu.

DSC_1533
On trouve une grande diversité de plantes dans les différentes zones du parc

Bien plus que de la botanique

   Cependant, si le Garden of Five Senses est si connu à Delhi, ce n’est pas réellement pour la richesse de ses plantes ou encore de ses bassins, la raison se trouve ailleurs. Lorsque l’on entre dans le parc, on remarque assez vite quelque chose de surprenant, les visiteurs sont assez jeunes, et très souvent en couple. Dans les premiers chemins on est assez rapidement surpris par les attitudes libérées. Ici contrairement à la pudeur imposée dans les lieux publics, les amoureux se tiennent la main, se câlinent et s’embrassent. Surprenant mais pourquoi pas ? Après tout ils sont à l’abri des regards emplis de jugements et sont libres de faire ce qu’ils souhaitent.

 La surprise tourne cependant bien vite au choc puis à l’incrédulité lorsque l’on s’enfonce dans les travées du parc. Plus l’on s’éloigne de l’entrée plus l’on croise de jeunes couples. Ceux-ci ne se contente plus de se tenir la main ou de s’embrasser sur un banc, il ont tout prévu, serviettes, oreillers, paravents… Ils s’installent où ils le peuvent pour se cacher des regards indiscrets tant et si bien qu’il devient véritablement impossible de s’approcher d’un monument ou d’une plante intéressante sans déranger un couple occupé, ne parlons même pas de prendre une photographie. Si certains sont posés avec nonchalance et au vu de tous, d’autres sont véritablement cachés, dans les rochers, dans des buissons, sous des barrières de sécurité… La population est tellement dense que certains sont collés les uns aux autres, mais pourquoi se cacher lorsque les seuls visiteurs du parc viennent pour les mêmes raisons que soi ? Lorsque certains nous voient arriver, on peut lire l’étonnement dans leur yeux, comme si nous n’avions pas notre place dans ce parc dédié à aux réunions amoureuses secrètes. On ne se sent bientôt plus à sa place tant la peur de surprendre un moment d’intimité prend le pas sur le désir de découvrir la beauté des jardins.

DSC_1562
La sculpture Prayer for Peace, l’un des rares points d’intérêt du parc

Que penser donc de ce jardin qui parait-il, devient une zone encore plus « à risque » la nuit tombée ? L’entrée payante couplée à l’éloignement de ce parc du centre de la ville fait que la population qui le visite n’y vient que pour une seule raison. S’y rendre seul et en tant que célibataire relève d’un comportement dépressif, nous ne saurions le conseiller, mais y aller entre amis et sans avoir été prévenu auparavant est une expérience assez amusante, même si elle peut parfois tourner à la gêne. Il n’en demeure pas moins qu’une certaine tristesse émane de ces jardins, être obligé de se rendre dans le sud de la capitale et de payer pour passer du temps à l’abri des regards avec sa moitié témoigne de la difficulté que rencontrent les jeunes pour être libres dans leurs relations amoureuses encore aujourd’hui. Les couples se prennent en photo, ils ne les partageront probablement jamais. Ils s’enlacent et profitent du temps qu’ils ont ensembles comme s’il leur était compté, car il faudra rentrer chez soi le soir, loin de sa moitié, et qui sait combien parmi les centaines de couples que nous avons rencontré durant cette surprenante balade, auront ne serait-ce que la chance d’aller jusqu’au bout sans que des obligations familiales ne les séparent ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s