Petit guide du thé tibétain

Le thé tibétain est une véritable institution. Sucré ou salé, il vous faudra l’adopter pour échanger avec les Tibétains.

Publicités

Petit guide du thé tibétain

Le thé tibétain, également connu sous le nom de thé au beurre ou Po Cha, est préparé à partir de feuilles de thé, de beurre de yak, d’eau et de sel. C’est la boisson préférée et traditionnelle des Tibétains au Tibet et des communautés tibétaines en Inde ou au Népal. Les gens aiment rester un matin ou un après-midi dans une maison de thé pour passer leur temps libre avec des amis.

Pour les touristes, le thé au beurre est un véritable compagnon de voyage. Peu importe où que vous soyez au Tibet, dans les villes, les zones nomades ou rurales, vous serez toujours accueilli avec une tasse de thé chaud.

Nomades et sédentaires, tous le monde boit du thé au Tibet

Histoire et culture du thé tibétain

Personne ne sait exactement quand et qui a introduit la tradition du thé au Tibet. Pourtant, de nombreux érudits ont tendance à donner crédit à la princesse Wencheng (641 après JC) lorsqu’elle quitta son pays natal et se rendit au Tibet pour épouser Songtsän Gampo, le trente-troisième roi de la dynastie Yarlung du Tibet. Ces mariages politiques ont apporté plus que la fin d’un conflit entre deux régimes et, plus important encore, ils ont facilité la recrudescence des échanges culturels entre le peuple han et les Tibétains. En conséquence, de nombreuses coutumes han ont commencé à s’enraciner dans la vie quotidienne des Tibétains.

Pendant des années, les Tibétains ont progressivement pris conscience du bénéfice de la consommation de thé et ils étaient convaincus que de nombreuses carences nutritionnelles dues à une consommation réduite de légumes pouvaient être récupérées après avoir bu du thé. Par conséquent, la consommation de thé est devenu un élément indispensable de la vie quotidienne des Tibétains.

Ancienne route du thé

Les échanges croissants et le commerce avec le monde extérieur ont contribué dans une large mesure à accroître la popularité de la consommation de thé dans tout le Tibet. À cet égard,  l’Ancienne Tea Horse Road, également connue sous le nom de Southern Silk Road, peut être considérée comme le principal moteur de cette tendance. Alors que le climat extrêmement rude au Tibet rend impossible la culture du thé, l’approvisionnement régulier en thé raffiné reposait sur les épaules de véritables hommes d’affaires et de leurs caravanes remplies pour approvisionner les Tibétains.

Le thé au beurre de yak et les thé tibétain le plus connu

Thé au beurre de yak

En pratique, le thé tibétain se divise en quatre catégories : le thé Pu-ERH, le thé nature, le thé au beurre et le thé sucré. Le thé le plus largement consommé ou disons le carrément,  la boisson nationale au Tibet est le thé au beurre. Traditionnellement, le thé au beurre est composé de feuilles de thé, de beurre de yak, d’eau et de sel. On dit que les Tibétains en boivent jusqu’à 60 petites tasses par jour pour s’hydrater et se nourrir. Pour les touristes étrangers, le goût, au premier abord, n’est pas des plus plaisant mais on s’y habitue très vite et il ne faut pas oublier que ce sera votre porte d’entrée pour interagir avec les locaux, il va donc falloir s’y faire !

Pour les Tibétains, le thé est une boisson qui équivaut à du café pour les Occidentaux : on le boit au réveil ! Au Tibet, impossible de passer une journée sans boire du thé : outre le coup de boost matinal, il termine également les repas. Le thé sucré, préparé en mélangeant du lait et du sucre avec le jus de feuilles de thé fermentées entièrement bouillies, sert, quand à lui, de boisson rafraîchissante.

Les salons de thé tibétain

Salon de thé tibétain à Lhassa

Des salons de thé de toutes tailles sont disséminés dans tous les coins de Lhassa, des très connus aux moins connus. Normalement, vous pouvez y trouver du thé au beurre et du thé sucré. On paye environ un dollar pour un pot de thé sucré, et ce montant est assez important pour qu’on puisse en profiter toute une après-midi.

La rue Barkhor, qui abrite le plus grand nombre de salons de thé, offre une vue panoramique de ce à quoi ressemble la culture du thé : un chapelet à la main, les fidèles boivent du thé tout en récitant des mantras bouddhiste.

Nos recommandations

Tsamkhung Nunnery Tea House
En dehors du couvent Tsamkhung se trouve le salon de thé Tsamkhung Nunnery. C’est un endroit où les pèlerins tibétains adorent faire une halte et se reposer. Le thé y est vendu à un prix raisonnable. On dit que les meilleurs thés sucrés sont vendus ici. En outre, les nouilles tibétaines et le pain cuit à la vapeur sont également délicieux. Assis de manière à profiter du spectacle de la rue, votre thé y est servi par d’amicales religieuses. Une très belle expérience!

Le salon de thé de Guangming Gangqiong
Guangming Gangqiong Sweet Tea House, le plus prestigieux salon de thé sucré de Lhassa, est situé près de la rue Barkhor. Pour ceux qui viennent pour la première fois, ils risquent fort de s’étonner de l’atmosphère bruyante qui règne dans cet endroit en tirant le rideau de la porte. Ici, le thé sucré est vendu différemment des autres maisons de thé : on l’achète à la tasse.(6 centimes pour une tasse de thé). Des serveurs ou des serveuses peuvent venir vous servir à condition de voir une tasse vide et de payer sur la table. Tout se passe de manière ordonnée et ne pourrait être plus harmonieux. Selon la tradition, la maison de thé ferme à 17 heures précises, pas une minute de plus !

Snowy Happy Tea House
La particularité de cette maison de thé est que ses encaissements sont reversés à l’orphelinat Dicky, un orphelinat dirigé par une extraordinaire tibétaine nommée Dadron. Tout l’argent nécessaire au fonctionnement quotidien de cet orphelinat provient de la contribution de Snowy Happy Tea House et des généreux donateurs. Les 80 orphelins composés de Tibétains et d’enfants de nationalité han sont hébergés ici, dont la plupart sont des filles. Donc, si vous êtes à Lhassa, ne ratez pas cette adresse.

Maintenant que vous maîtrisez les bases du thé tibétain, vous pouvez vous attaquer à la cuisine du pays.