Pokhara, la ville aux lacs.

Pokhara est une ville magnifique à découvrir au Népal, entre ses sublimes lacs et ses temples dans les montagnes, une destination à ne pas manquer.

Pokhara, la ville aux lacs.

Premier jour à Pokhara

 Après quelques jours à Kathmandu, nous partons pour Pokhara. Une très jolie ville entourée de la chaine de l’Annapurna et fameuse pour son lac aux barquettes multicolores. Pour la rallier, vous pouvez le faire par la route en voiture ou en bus Deluxe ou par avion. C’est ce que nous avons choisi car par temps clair, ce vol de 25 minutes est juste éblouissant car nous longeons les montagnes. Il n’est pas excessif un peu plus de 80 euros par personne, donc, si vous pouvez vous le permettre, ne le manquez surtout pas !

Barques sur le lac Phewa

Notre compagnie est la Simrik Airlines et l’avion ressemble fort à un jet privé. Bien évidemment, pas de services à bord vu le très court vol, l’hôtesse passe avec un plateau où se trouvent des bonbons, du coton (pour les oreilles) et des lingettes rafraîchissantes. Nous avons une chance de fou, le ciel est dégagé et limpide et nous allons pouvoir admirer les montagnes. Seul hic, les hublots sont recouverts d’un film marron, ce qui gâche la qualité des photos. Dans le sens Kathmandu/Pokhara, il faut s’asseoir du coté gauche quand vous pénétrez dans l’avion.

Nous n’avons pas une agence de voyage pour rien, nous avons donc un chauffeur, Bhim, qui nous attend à l’aéroport !! Les sites à voir sont souvent éloignés du lac la voiture est le meilleur moyen de visiter sans perdre un temps fou dans les transports locaux. Après un check in à notre guesthouse (bien évidemment à 2 pas du lac !) nous partons pour Devi’s Falls. Je ne vous cache pas que j’y suis allée trois fois et que la cascade ressemblait plus à un robinet qui fuit qu’aux chutes du Niagara…. Mais vu que la mousson, cette année, est particulièrement active, je pense que ce sera la bonne !

Juste en face se trouve la Gupteswar Mahadev cave ou Shiva’s cave. Un escalier en colimaçon bien kitch mène à l’entrée. Lorsque vous entrez dans la grotte qui  est éclairée par une série de lumières qui s’éteignent souvent. Il est donc recommandé de porter des torches. À environ 40 mètres, vous pouvez voir une statue de Lord Shiva qui a été découverte lorsque deux habitants ont accidentellement traversé la grotte. La statue est considérée comme sacrée par les Hindous et est devenu un lieu de pèlerinage.

Lorsque vous atteignez la fin, vous pouvez enfin voir où la chute de Devi se termine, il y a un escalier pour monter au point où vous voyez la fente au centre de la grotte (fermé quand nous y sommes allés car il est trop glissant). Lorsque vous atteignez la plate-forme, le rugissement de la cascade est assourdissant, la force de l’eau est suffisamment forte pour vous éclabousser de gouttelettes.

Gupteswar Mahadev cave

Nous retournons près du lac pour l’immanquable boat ride. Au choix, location de la barque pour une heure ou deux avec ou sans « pilote ». Comme notre estomac crie famine, nous optons pour deux heures et un driver. J’ai souvenir d’avoir déjeuné dans un restaurant hyper sympa de l’autre coté de la rive mais ma mémoire flanche et je ne me rappelle plus où il est situé ni son nom. Pas vraiment utile notre « gondolier » car il y a une myriade de restos et ma description ne l’inspire guère. Donc, on les fait tous et je me mets aussi à ramer, à deux ça va plus vite et je peux me préparer pour la prochaine édition de Pékin Express ! Quand finalement nous le trouvons, manque de chance, il est fermé car nous sommes en basse saison. C’est vrai que cette ballade en bateau est belle, vue sur le World Peace Pagoda, sur Sarangkot d’ où se lancent les adeptes du parapente et sur un énorme Buddha doré niché au milieu de la forêt que je ne connais pas.

Retour sur la terre ferme, après un lunch au Maya Restaurant, nous partons à la recherche de ce Buddha. Il n’est pas facile d’accès, il faut passer un groupe de maisons et crapahuter sur un micro sentier. Mais il est magnifique et la vue sur le lac est sublime.

Le Golden Budda

Vue sur le lac du Golden Buddha

Nous sommes en fin d’après-midi et après une petite halte à l’hôtel, en route pour ce que j’appelle la Marina. Cette rue centrale qui longe le lac est remplie de restaurants, bars et boutiques. La ballade est sympa, car contrairement à l’Inde, il est interdit de klaxonner au Népal. Pokhara comme Kathmandu a une vie nocturne, beaucoup de bars et restos proposent de la musique live ; du reggae à la salsa en passant par du Bollywood, il y en a pour tous les goûts.

Deuxième jour à Pokhara

 Sept heures du mat, le ciel est dégagé nous montons donc à Sarangkot d’où il y a une vue incroyable sur les cimes enneigées. Bon, pour arriver au belvédère il faut monter des marches, bien Népalaises, c’est-à-dire raides ! Mais quelle merveille, on a l’impression de pouvoir toucher les nuages et les montagnes.

Deuxième « escalade » de la journée, le World Peace Pagoda. Pour y accéder, il faut monter 200 marches, on y arrive essoufflé !!!!!  Le Shanti Stupa (son autre nom) est d’un blanc immaculé et se trouve au sommet d’une colline ayant une magnifique vue sur la chaîne de l’Annapurna et surplombant le lac Phewa Tal. Construite dans les années 70 par des moines bouddhistes de l’organisation japonaise Nipponzan Myohoji, cette pagode est l’une des 80 pagodes de la paix dans le monde. Elles sont construites pour unir tous les peuples, peu importe leur origine et leur croyance.

Le Stupa comporte deux niveaux, il faut d’abord faire le tour du niveau inferieur (dans le sens des aiguilles d’une montre et surtout enlever ses chaussures) puis gravir quelques marches pour accéder à l’étage supérieur où se trouvent quatre énormes statues de Buddha, dans des niches, situées aux quatre points cardinaux. Chaque statue représente des événements importants liés au Bouddha et ont été nommés selon l’endroit où ils ont eu lieu. Le meilleur moment pour visiter ce stupa est bien évidement au lever ou au coucher du soleil.

Les camps de réfugiés Tibétains.

 Après la prise de contrôle du Tibet par la Chine, il y a eu un afflux de plus de 300 000 exilés / réfugiés au Népal sur le chemin de Dharamsala en Inde. On estime que 60 000 personnes se sont installées au Népal. Chaque année, 2 500 réfugiés traversent la frontière pour se rendre en Inde ou s’installer au Népal. Il y a 12 camps officiels. 8 à Katmandou et 4 à Pokhara (Tashi Ling, Tashi Palkhiel, Jampaling et Paljorling). Il y a plusieurs autres villages plus petits dans les collines environnantes autour de Pokhara.

Jusqu’en 1989, les exilés tibétains étaient autorisés à recevoir des cartes d’identité et une assistance économique. Depuis lors, en raison d’un accord commercial entre la Chine et le Népal, le Népal a accepté de ne plus reconnaître les réfugiés tibétains. Ils n’ont plus le droit de posséder des terres, de conduire une voiture, de travailler ou de prétendre à une prestation de l’État.

Alors que les colonies de réfugiés tibétains ont été créées pour répondre aux besoins immédiats d’assistance au peuple tibétain, de nombreux Tibétains vivent du tourisme. De nombreux réfugiés tibétains n’étant plus autorisés à travailler, la vente de bijoux, de bibelots, de sculptures et de tapis faits à la main est une forme de revenu. Les camps les plus fréquemment visités sont Tashi Palkhie et Jampaling en raison de leur proximité avec la ville. Tous les camps ont un petit Monastère Bouddhiste où vous serez toujours les bienvenus. Par respect pour ces gens, je n’ai pas retenu utile de prendre des photos.

International Mountain Museum

 Si vous avez le temps, allez- y ! Vous y trouverez des renseignements sur les ethnies Népalaises ainsi que des maisons de villages, sur l’histoire des ascensions des sommets de la chaine de l’Himalaya, une explication sur la création de la ville de Pokhara mais aussi de très intéressantes informations sur le réchauffement climatique et ses conséquences sur les lacs Népalais. Et pour finir, la projection d’un film sur l’Everest.

Nous vous souhaitons un excellent voyage au Népal, en espérant que ces informations vous seront utiles si vous vous rendez à Pokhara. N’hésitez pas à partager avec nous vos propres récits de voyages! A bientôt sur les routes népalaises.