Comment savoir si un produit est végétarien (ou pas) en Inde.

Comment reconnaître un produit végétarien dans un magasin en Inde.

Publicités

Comment savoir si un produit est végétarien (ou pas) en Inde.

 C’est connu, l’Inde est une destination parfaite pour les végétariens. Si certaines cultures (en Amérique du sud par exemple) mettent la viande à l’honneur dans tous leurs plats, c’est loin d’être le cas en Inde, c’est même plutôt l’inverse. Il existe plusieurs raisons à ce phénomène, liées notamment à la religion hindoue assez stricte avec la consommation de viande mais également avec l’économie, la production de viande revenant beaucoup plus cher que celle de céréales ou de légumes.

L’Inde est donc un pays où l’on trouve une très grande diversité de plats végétariens, qui feraient presque oublier à un carnivore ses amours d’antan. Dans les restaurants donc, pas de problème, vous pourrez manger à votre faim. Cependant, même si votre amour pour l’Inde ne cesse de grandir plus votre voyage avance, il n’est pas certain que vous maîtrisiez l’hindi écrit. Comment donc faire en cas de petite faim pour savoir si tel ou tel aliment empaqueté convient à votre régime alimentaire ?

Un système de pastille de couleur

 Les indiens, bien plus sensibles à ces problématiques que nous, ont imaginé un système très simple pour indiquer aux consommateurs si le produit leur convient. Il s’agit de la présence d’une pastille verte ou rouge sur l’emballage du produit. Si elle est rouge, c’est que le produit ne convient pas aux végétariens, si elle est verte, vous pouvez le consommer en toute confiance.1280px-India_vegetarian_labels.svg

 Végétarien ≠ Vegan

 Attention cependant, ces deux couleurs indiquent simplement si le produit est bon pour un végétarien, pas pour un végétalien et pas non plus s’il est vegan friendly ou encore gluten free. Par exemple, une brique de lait comporte une pastille verte. Soyez donc vigilant si votre régime alimentaire est plus spécifique que le simple fait d’être végétarien.

Si vous ne voulez pas vous aventurer à déchiffrer les étiquettes, il vous reste toujours la street food , bon appétit !

Garden of Five Senses, jardin des amours interdits.

Le Garden of Five Senses est le jardin des amours interdits de la jeunesse indienne.

Garden of Five Senses, jardin des amours interdits.

Un parc à droit d’entrée, rarissime à Delhi

  On peut trouver de nombreux parcs à Delhi, du simple square à de véritables forets ou réserves florales. Chacun présente un intérêt différent, si la grande majorité n’a rien de spécial, certains se démarquent dans le lot, pour des raisons parfois particulières. C’est le cas du «Garden of Five Senses » (le jardin des cinq sens). Si vous dites à un Indien que vous allez y passer l’après-midi, celui-ci ne pourra s’empêcher de sourire, vous souhaitant de passer un joyeux moment.

Le Garden of Five Senses est un des rares parcs de Delhi où l’entrée est payante, si elle n’est pas vraiment onéreuse, comptez 30 roupies, elle prend tout son sens lorsque l’on y rentre. Contrairement aux parcs publics à accès libre, ici l’entretien est de mise, les déchets ne traînent pas par terre, l’ensemble est propre et convenablement entretenu. Les architectes et paysagistes des lieux ont eu le bon gout de tenter de créer un parc unique en son genre. Certaines structures sont modernes, d’autres orientées vers l’écologie, les différents espaces se succèdent et l’on peut se balader aussi bien dans une forêt de cactus que dans les rochers composants la colline qui surplombe le parc de laquelle on peut apercevoir les bassins fleuris. Le parc en soi est donc un lieu agréable et véritablement bien entretenu.

DSC_1533
On trouve une grande diversité de plantes dans les différentes zones du parc

Bien plus que de la botanique

   Cependant, si le Garden of Five Senses est si connu à Delhi, ce n’est pas réellement pour la richesse de ses plantes ou encore de ses bassins, la raison se trouve ailleurs. Lorsque l’on entre dans le parc, on remarque assez vite quelque chose de surprenant, les visiteurs sont assez jeunes, et très souvent en couple. Dans les premiers chemins on est assez rapidement surpris par les attitudes libérées. Ici contrairement à la pudeur imposée dans les lieux publics, les amoureux se tiennent la main, se câlinent et s’embrassent. Surprenant mais pourquoi pas ? Après tout ils sont à l’abri des regards emplis de jugements et sont libres de faire ce qu’ils souhaitent.

 La surprise tourne cependant bien vite au choc puis à l’incrédulité lorsque l’on s’enfonce dans les travées du parc. Plus l’on s’éloigne de l’entrée plus l’on croise de jeunes couples. Ceux-ci ne se contente plus de se tenir la main ou de s’embrasser sur un banc, il ont tout prévu, serviettes, oreillers, paravents… Ils s’installent où ils le peuvent pour se cacher des regards indiscrets tant et si bien qu’il devient véritablement impossible de s’approcher d’un monument ou d’une plante intéressante sans déranger un couple occupé, ne parlons même pas de prendre une photographie. Si certains sont posés avec nonchalance et au vu de tous, d’autres sont véritablement cachés, dans les rochers, dans des buissons, sous des barrières de sécurité… La population est tellement dense que certains sont collés les uns aux autres, mais pourquoi se cacher lorsque les seuls visiteurs du parc viennent pour les mêmes raisons que soi ? Lorsque certains nous voient arriver, on peut lire l’étonnement dans leur yeux, comme si nous n’avions pas notre place dans ce parc dédié à aux réunions amoureuses secrètes. On ne se sent bientôt plus à sa place tant la peur de surprendre un moment d’intimité prend le pas sur le désir de découvrir la beauté des jardins.

DSC_1562
La sculpture Prayer for Peace, l’un des rares points d’intérêt du parc

Que penser donc de ce jardin qui parait-il, devient une zone encore plus « à risque » la nuit tombée ? L’entrée payante couplée à l’éloignement de ce parc du centre de la ville fait que la population qui le visite n’y vient que pour une seule raison. S’y rendre seul et en tant que célibataire relève d’un comportement dépressif, nous ne saurions le conseiller, mais y aller entre amis et sans avoir été prévenu auparavant est une expérience assez amusante, même si elle peut parfois tourner à la gêne. Il n’en demeure pas moins qu’une certaine tristesse émane de ces jardins, être obligé de se rendre dans le sud de la capitale et de payer pour passer du temps à l’abri des regards avec sa moitié témoigne de la difficulté que rencontrent les jeunes pour être libres dans leurs relations amoureuses encore aujourd’hui. Les couples se prennent en photo, ils ne les partageront probablement jamais. Ils s’enlacent et profitent du temps qu’ils ont ensembles comme s’il leur était compté, car il faudra rentrer chez soi le soir, loin de sa moitié, et qui sait combien parmi les centaines de couples que nous avons rencontré durant cette surprenante balade, auront ne serait-ce que la chance d’aller jusqu’au bout sans que des obligations familiales ne les séparent ?

Ballade à Lodhi Colony

Découvrez les plus belles œuvres de street art de Lodhi Colony à travers l’objectif de Maharajah Driver

Ballade à Lodhi Colony

Si vous aimez le Street Art, cet endroit de Delhi est fait pour vous!

La fondation St + Art India, une organisation à but non lucratif qui travaille sur des projets artistiques dans des espaces publics afin de rendre l’art accessible à un public plus large, accueille l’incroyable St + Art Festival à Delhi. Le festival de deux mois a réuni plus de 25 artistes de rue de l’Inde et du monde entier pour égayer la ville avec des interventions artistiques comme des peintures murales,. Et grâce à leur travail acharné, ces artistes ont réussi à transformer le quartier Lodhi Colony de Delhi comme premier quartier de Street Art en Inde. Cette galerie d’art à ciel ouvert  est située entre  Khan Market et le marché de Meherchand.  Je vous emmène dans une visite virtuelle  à travers mon objectif. J’espère que vous aimerez!

DSC_1905

DSC_1911

DSC_1913

DSC_1915

DSC_1916

DSC_1919

DSC_1921

DSC_1929

DSC_1926

DSC_1933

 

DSC_1937

DSC_1940

DSC_1941

DSC_1942

DSC_1936DSC_1935